Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2009

l'Harmonie

L'HARMONIE :

harmonie.jpg

 

« La notion d'harmonie semble concerner toutes choses, de l'ordre du ciel au moindre objet décoratif. Il n'est pas un art, pas un savoir, de la médecine à l'astronomie, de l'architecture à la musique sans oublier bien sûr la théologie qui n'en fasse l'économie. » disent les manuels.

 Homère l'appelait l'accord ou la Paix. C'est apparemment un principe organisateur qui réunit, à un moment de complète construction, les éléments d'un ensemble qui était au préalable épars. N'est-ce pas là la mission du Maître Maçon, rassembler ce qui est épars, n'est ce pas la mission, sous-entendue, du Grand Maître Architecte ? Nous sommes ici Grand Maître Architecte et notre rôle est la construction et l'achèvement du Temple du Roi Salomon, temple symbole de l'Univers, consacré à Dieu, lieu du Sacré.                            

On peut donc parler d'un règne de l'harmonie, règne à conquérir. Pourtant il y a deux conclusions qu'il serait erronées de tirer de cette suprématie : que l'harmonie constitue un monde qui va de soi, et qu'elle constitue un principe transcendant unifiant toutes chose. En réalité il n'est pas d'harmonie sans conflit, la Concordia est par essence discors. C'est ce conflit sous jacent qui justifie son ascendant  car atteindre un degré d'harmonie c'est vaincre après un combat impitoyable. On peut encore préciser que l'harmonie est l'unité des contraires : dans un système harmonique, deux notions, deux valeurs contraires se réunissent et agissent ensemble d'une façon harmonieuse. Pour mémoire dans la mythologie grecque la déesse Harmonie fille d'Arès dieu de la guerre et d'Aphrodite, déesse de l'Amour est le symbole de deux sentiments incompatibles : l'Amour et la Haine. Cette synthèse s'adosse à une autre notion corrélative, la perfection aboutie.

Pour définir plus avant l''idée d'harmonie et d'équilibre je retiendrai dans le comportement des hommes un mythe et une croyance. 

Pour la croyance, je parlerai du  concept du MAAT égyptien et du rôle joué par le Pharaon.

Il est bon de rappeler l'histoire de la création du monde vue par les Egyptiens, et je cite ainsi les écrits d'Isabelle FRANCO :

"Dans la pensée égyptienne, le cosmos a été construit à partir d'un milieu primordial conçu comme un chaos liquide, le Noum où préexistaient, à l'état latent et indifférencié, tous les éléments de la création, qu'ils soient positifs ou négatifs. Le Démiurge a d'abord extrait les forces positives de leur gangue d'inertie grâce aux rayons solaires". Ce travail s'est opéré alors que le Démiurge a pris conscience de lui-même et repoussé le Chaos. La Création s'est poursuivie par la mise en  place des éléments de l'Univers, décrites par des fonctions positives incarnées par des générations de dieux qui se sont succédées de père en fils. L'achèvement d'Horus, dernier rejeton de la lignée, marque l'achèvement du cycle fondateur. Le monde terrestre est alors légué aux hommes, à charge pour eux d'y maintenir l'ordre instauré par le Soleil et d'entretenir avec les sphères divines une relation d'entraide et d'équilibre. Si et les forces positives continuent à combattre le Chaos pour préserver la construction de l'Univers, il faut que les hommes, à leur échelle, agissent de même.

Un individu est choisi par les dieux pour représenter l'ensemble du peuple : le Pharaon.

Son rôle est capital car il permet aux domaines terrestre et divin de fonctionner conjointement. Il se doit de conserver l'équilibre fragile de la Création, il est le garant du bien-être de ses sujets en les nourrissants d'une part, en les défendant d'autre part. Sa charge à mi-chemin entre Pouvoir et Savoir ne peut fonctionner que dans l'équilibre fragile et la justice, dans l'harmonie universelle dénommé MAAT. Il assure et maintient celle-ci. Son rôle est capital car il permet aux domaines terrestre et divin de fonctionner conjointement.  

Pour le Mythe je reprendrai une des explications  données  par Luc Ferry dans son dernier Livre « La sagesse des Mythes» et l'histoire d'Ulysse :

« Qu'est ce qu'une vie bonne pour les mortels ? Il faut admettre au sens des grecs anciens que le monde et l'Univers sont globalement harmonieux et que nous êtres finis nous sommes irrémédiablement voués à la mort et imparfaits : quels sont donc dans ces conditions les principes d'une vie bonne et harmonieuse ? » Luc Ferry nous explique que l'harmonie est cette sagesse de comprendre notre mortalité et faire régner dans notre monde la justice, l'harmonie entre les hommes.

« Car c'est seulement au milieu des hommes qu'un homme est homme » et pour cela il faut prendre le temps de connaitre les autres, de les aimer parfois, de les combattre aussi et de ce civiliser soi même. « On  ne devient pas un être d'harmonie sans passer par une myriade d'expériences qui vont comme pour Ulysse occuper une grande partie de notre vie ! »

Le programme de Luc Ferry, ces expériences multiples à surmonter et à découvrir ne sont-elles pas les 33 marches de notre système maçonnique et du Rite Ecossais Ancien et Accepté ?

Car pour un initié, atteindre l'équilibre, vivre dans l'harmonie, c'est tout simplement le but ultime de la construction, quand les 3 lumières Sagesse, Force et Beauté s'unissent en un seul principe, quand le Un devient le Tout et que le microcosme est égal au macrocosme. Le Franc-maçon accède à la sagesse et au spirituel, quand toutes les passions sont vaincues, que les voyages sont terminés et que son regard se tourne vers la Lumière et qu'il est cette Lumière.

 

19/04/2009

La Tolerance

Dans les encyclopédies, la tolérance, du latin tolerare (supporter), est la vertu qui

porte à accepter ce que l'on n'accepterait pas spontanément. C'est aussi la vertu qui

porte à se montrer vigilant tant envers l'intolérance qu'envers l'intolérable.

En d'autres termes, c'est une notion qui définit le degré d'acceptation face à un

élément contraire à nos valeurs. Plus généralement, elle définit la capacité d'un

individu à accepter une chose avec laquelle il n'est pas en accord mais qu'il accepte

Le tolérant est alors quelqu'un qui manifeste de l'indulgence, de la

compréhension envers autrui sans pour autant se ranger à ses idées.

Voltaire disait "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dîtes, mais je me battrai pour

que vous ayez le droit de le dire". Cette citation résume la notion de tolérance

appliquée à autrui.

Historiquement  l'idée de  Tolérance a été développée par rapport aux religions du Livre : Tolérer c'était admettre que des Religions puissent cohabiter, c'était aussi pendant les guerres de Religion assurer la paix civile entre catholiques et protestants

Ainsi John Locke au 17 ème siècle dans son essai et sa lettre sur la Tolérance  est amené à démontrer l'absolu et nécessaire indépendance de chaque individu, à prôner pour tous une véritable liberté de conscience, dans une société ou les gouvernements se doivent de gérer uniquement les rapports de l'homme à l'homme et non être l'arbitre entre l'homme et Dieu ! John Locke fût un précurseur de la laïcité en appelant les gouvernements à ne jamais intervenir dans ce qui relève des croyances spirituelles pourtant nécessaire à l'accomplissement de chacun.

Plus proche de nous il a été dit que La tolérance est la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales d'autrui.

J'ai lu un jour dans un livre dont j'ai oublié le titre et l'auteur que la Tolérance était le goût des autres et l'intolérance le dégout...Cette phrase nous livre les limites de notre quête et nous offre l'outil indispensable : l'amour. Je préciserai, en sus, puisque nous évoquons les sentiments qu'il y a une  affirmation à noter : que la Tolérance ne doit pas rimer avec indifférence. A ce titre le F∴M∴ ne peut être indifférent et ne pas se soucier du questionnement de l'autre. Il doit aussi prendre conscience de la notion de temps car dans l'idée de Tolérance il y a aussi l'idée de délai et on doit s'attendre une fois la construction du Temple réalisé à ne plus avoir à Tolérer mais à Aimer !

En dernier lieu si au lieu de tolérer l'autre c'est-à-dire,  le différent,  l'opposant,  nous nous efforçons de le comprendre et de le respecter, nous faisons  preuve de confiance et de force, confiance dans la raison et dans le bien, confiance au travers du respect, confiance dans un ordre universel.

 En effet pour nous francs maçons qui œuvrons à l'amélioration de l'humanité et qui n'acceptons pas les dogmes,  il faut rappeler que le T F P M,  lors de l'initiation à un certain degré,  nous exhorte à « respecter toutes les opinions mais à ne les accepter pour justes que si elles apparaissent comme telles après les avoir examinées ! »

 Par notre initiation, nous devons nous former à l'éducation à la tolérance, celle-ci  devant  viser à contrecarrer les influences qui conduisent à la peur,  sans pour autant tendre à l'exclusion de l'autre et elle doit aider les plus jeunes initiés à développer leur capacité d'exercer un jugement autonome et de raisonner en termes d'éthiques et de spiritualité.

Il semble nécessaire d'admettre toutes les manières de penser et d'agir, différentes des nôtres, sans pour cela aller jusqu'à les approuver. La Tolérance  n'est pas la compromission et le reniement de ses propres croyances, tolérer ce n'est pas être dans le même ou le pareil mais bien d'être dans le différent accepté et contrôlé. Il n'y a pas le caractère fusionnel de la Fraternité,  simplement comme nous l'avons déjà dit, une notion de respect de croyances et d'attitudes différentes de celles que notre éducation nous a apportée, une notion d'effort de compréhension.

Pour conclure cette partie nous pouvons affirmer que l'idée de tolérance totale est impossible car son expansion signifierait laxisme et perte de jugement. Elle amènerait à tolérer l'intolérable. Il y a des limites que le F∴M∴ peut définir et circonscrire grâce à sa progression, car il a la capacité à distinguer ce qui émane de sa morale et de son jugement......

 

10/02/2007

Higelin

Chaque période possède ces poètes fous, qui nous ouvre l'âme et nous montre dans le miroir de leurs textes nos secrets, nos cris étouffés, notre côté  Hyde, Jacques Higelin comme avant lui d'autres fait partie de ceux là..

http://www.jacqueshigelin.fr/

Et puis ce soir nous en avons parlé...comme d'un exemple  d'un être accessible et disponible. Il me vient une question, à ce sujet suis je moi-même accessible et disponible: aux autres et au bonheur?

Un questionnement important cette nuit, à la veille de ce départ!!!

Ces quelques mots d'empreinte de notre soirée...tu étais là au début dans mon univers et tout semble s'etre bien déroulé?

Ensuite revirement j'étais dans le tien, celui de tes amis de tes proches, certainement différent de ce que je suis mais tout aussi important pour Toi...

Un équilibre, un principe d'Harmonie pour affronter cette semaine à venir..

Baisers ELLLEAMOI, baisers sur tes lèvres....